Préjugés et stéréotypes sur le handicap, une réalité à prendre en compte

Qu’on le veuille ou non, nous avons tous des aprioris sur ce que nous ne connaissons pas. Le handicap ne fait pas exception, et sa perception en entreprise est souvent plus trouble qu’il n’y parait. Si l’on se réfère aux travaux sur les préjugés et les stéréotypes du professeur Jean-François Amadieu, sociologue français, professeur à l’Université Paris 1, spécialiste des relations sociales  au travail et directeur de « L’observatoire des discriminations », la plupart des personnes, des salariés, des managers ou des dirigeants, en ont. Ces préjugés sont par ailleurs très rarement exprimés de manière explicite ou frontale. Si l’on demande à un macho ce qu’il pense des femmes en face, il aura tendance à répondre de manière évasive, surtout devant ses collègues féminines. Il en va de même pour les personnes handicapées. Tout le monde est partant pour embaucher des personnes handicapées, mais souvent au fond d’eux-mêmes, les personnes préfèrent quand même que ce soit dans le service d’à côté.

C’est pour cette raison que le professeur Amadieu  a développé avec ses équipes, des tests de mesures des stéréotypes qui s’inspirent méthodologiquement des tests d’association implicites (IAT tests).  Ces  tests permettent de mieux sonder ce que pensent réellement les personnes. Et les résultats de ces travaux sont assez édifiants et prouvent que les stéréotypes en entreprise ont la vie dure, et génèrent nombre de discriminations.

L’agefiph a également  publié dans son guide pratique « Les stéréotypes sur le handicap en entreprise », paru en 2011, une étude effectuée sur un panel de 450 managers. Cette étude mettait en évidence que 49 % des managers associaient le handicap avec des  termes négatifs. Difficile dans ce contexte d’associer le handicap avec la notion de performance, si nécessaire et incontournable dans l’entreprise moderne.

Comment mener une politique d’inclusion du  handicap  efficace sans  prendre en compte la lutte contre ces préjugés ? Le challenge est réel. Albert Einstein ne disait-il pas « qu’il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé… ».

La sensibilisation, un élément important de la politique handicap

Parmi les outils à disposition des équipes RH et des responsables handicap, la « sensibilisation » est un élément important. Bien menée, elle permet souvent de créer des passerelles, une rencontre entre collaborateurs valides et personnes en situation de handicap, et de faire passer des messages forts.

Ethik Connection qui intervient sur le terrain depuis plus de 15 ans, a pu observer que les pratiques dans ce domaine divergent et que la réflexion et le recul sur ces mêmes pratiques sont parfois limités.

Entre l’approche trop pédagogique où les collaborateurs sont installés dans des salles, et noyés de PowerPoint et de chiffres, et les approches « gaming » ou des petits jeux sont proposés aux collaborateurs, souvent sans présence d’animateurs handicapés, la portée peut paraître limitée et l’on peut douter de l’obtention de  résultats concrets.

Sensibilisation : Le déclic par l’expérience

Ethik Connection a été fortement sollicité pour mettre en place des actions de sensibilisation auprès de nombreuses entreprises et collectivités, notamment dans le cadre de la semaine de l’emploi des personnes handicapées (SEEPH). Très tôt une réelle conviction s’est imposée à nous.

En matière de sensibilisation : « Une bonne expérience vaut souvent mieux qu’un long discours ».

L’approche d’Ethik Connection s’est donc appuyée sur des éléments forts :

  • Créer les conditions d’une rencontre positive avec la différence ;
  • Des ateliers toujours animés par des experts handicapés salariés, et non bénévoles ;
  • Une approche autour de l’expérience basée sur la mise en situation et l’inversion des rôles ;
  • Des animations ludiques et innovantes qui interpellent les participants et les font réfléchir ;
  • Des bénéfices multiples (cohésion d’équipe, …) qui vont bien au-delà de la simple sensibilisation.
  • Dans le Noir ? Le Dark Lab

  • Dans le silence !

  • Unlock your mind: difference is the key

Les collaborateurs peuvent par exemple pénétrer dans des dispositifs « Dans le Noir ? Le Dark Lab » où règne le noir le plus absolu, guidés par des animateurs non ou malvoyants. Subitement une inversion complète des rôles s’opère qui fait du non-voyant le guide, et de la personne voyante la personne handicapée. Ceci emmène instantanément  une réflexion sur le fait que le handicap peut être généré par l’environnement, qu’il peut être compensé, etc.  Une expérience qui peut secouer mais qui marque durablement les esprits.

Au sein du « Bar ou Café Dans le Silence ! », un concept également créé par les équipes de l’agence Ethik Connection, l’approche est similaire. Les collaborateurs sont immergés dans le monde des sourds, et doivent rentrer en communication non verbale avec des animateurs sourds, pour commander des boissons et échanger au-delà des mots en utilisant le langage corporel, le mime et bien sur la LSF (Langue des Signes Française).

Il en va de même avec le « Challenge Handi ping-pong » où les collaborateurs valides  se prennent une raclée par des champions  handisport de ping pong fauteuil ou l’escape game: « Unlock your mind: Difference is the key », qui permet d’aborder en équipe  les problématiques de handicap invisibles, ou encore tous les ateliers qui allient bien être au travail et rencontre de la différence ( Power Juice Bar, 1001 sourires, Bulle Sensorielle ….).

De plus, ces animations sont très souvent complétées par des débriefings d’expériences animés par des experts RH handicapés, qui s’appuient sur les expériences vécues pour les mettre en résonance avec des situations de handicap dans l’emploi.

Une approche globale de la sensibilisation qui permet de contourner les freins mentaux et d’opérer de réels déclics dans l’esprit des collaborateurs , propices au véritable changement de regard sur le handicap.